Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : thomas-chevalier.over-blog.com
  • : La destination de ce blog est d'être une sorte de journal intime de mon activité d'artiste peintre. J'ai ouvert un deuxième blog, thomaschevalier.tumblr.com, qui ne comportera que des images.
  • Contact

Catégories

Liens

18 décembre 2014 4 18 /12 /décembre /2014 19:06

DSCN3191

huile sur toile, 145 x 114, 2011.

Les obsèques de mon ami Mimi ont eu lieu. Nous nous étions rencontrés par le hasard d'un voisinage quand j'ai emménagé la maison de Marcilly, notre amitié s'était construite dans la chaleur de ce rapport informel, de ceux qu'on ne développe que dans un cadre rural, dans un village, où l'on s'arréte chez l'un ou l'autre en allant à la boulangerie ou en promenant son chien, et que ce rapport eut la possibilité de déboucher sur une collaboration le rendait plus précieux. J'habitais la maison depuis peu de temps, Ann Ballester a frappé à ma porte pour se présenter et me parler de l'association MusiSeine, puis Mimi et Françoise ont suivi quelques jours après. Hier, aux obsèques, Françoise m'a confié que Mimi lui avait alors dit, et pour l'imiter, elle prit un semblant d'accent du midi, "allons voir ce peintre, là, ce Thomas Chevalier". Il faisait beau, nous nous étions assis devant la porte de l'atelier, à l'extrémité du petit jardin. Françoise arborait un rose à lèvre tyrien sous une frange de cheveux noirs coupée droite qui lui mangeait le front sur le fond vert brillant de la vigne-vierge. 

En décidant de quitter Paris, j'avais délibérément choisi de ne pas trop m'éloigner de la capitale, bien m'en a pris: la vie culturelle est quasiment nulle dans cette partie de la Marne, mais j'imagine que c'est le cas dans bien des ruralités. On y confond souvent culture et divertissements, sport ou travaux sociaux. Il y règne le conservatisme des isolés, beaucoup de ses habitants bornant leur curiosité à quelques aprioris lapidaires sur ce qui n'appartient pas strictement à leur quotidien. Par un curieux retour des choses, cet état d'esprit à sa contrepartie chez ceux qui ont compris qu'à cet endroit, du fait même de son isolemment, s'offre un espace de liberté. C'est d'argent, dont je parle, car on y dépense en une semaine l'argent à peine nécéssaire pour une journée parisienne. Mimi était de ceux là, MusiSeine, l'association qu'il avait créée avec Ann Ballester, permettait de porter des projets de musiciens professionnels. Les concerts se donnaient où il était possible de les organiser, dans des conditions de confort et d'esthétique souvent déplorables, mais Mimi était attentif à composer au mieux avec les inconvénients accoustiques des lieux. Rendre hommage à Mimi, c'est rendre hommage à tous ces gens, artistes ou autres, qui se battent sans compter leur temps, souvent bénévoles, pour faire vivre leurs régions. C'est peut-être aussi s'interresser à ce que la vie associative génère comme projets culturels, souvent pseudo culturels, mais parfois les meilleurs. Les concerts organisés par MusiSeine ne m'ont jamais déçu, que Mimi y participe ou pas. Plus, notre proximité m'a permis une ouverture sur le domaine de la musique de Jazz et improvisée, je dois à cette proximité d'y avoir développé de belles amitiés.

La province interresse la branchitude pour la verdure et les vides greniers. Puisque le goût de chiner se porte bien, au moins pourrait-il s'étendre au-delà d'accessoires d'une antiquité de vingt ans d'âge.

Partager cet article

Repost 0
Published by Thomas Chevalier, peintre.
commenter cet article

commentaires